De la relativité du Cahier des Charges

” Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant Le cahier des charges, le cahier des charges, mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien. “

C’est très marrant : Le cahier des charges, ils n’ont que ça à la bouche. Moi de mon côté je suis beaucoup plus souple : du moment que le GEM tourne en respectant les règles fondamentales d’émancipation des gémeurs, laissons-le tourner. Justement en ce moment nous avons résoudre collectivement avec nos amis de l’Unafam un cas avéré de non-respect de celui-ci. Et là je me retrouve plus royaliste que le roi en étant celui qui impose le cahier des charges, mon compère de l’Unafam expliquant au contraire que l’on se trouve devant un cas particulier. Donc au final, je ne sais ce que je suis. Mais à l’Unafam, je sais ; ce sont des jésuites.

Cela dit c’était bien la peine d’organiser 40 formations à 300 000 Euros sur le respect du Cahier des Charges pour ensuite s’en laver les mains. Cela me rappelle une de mes conclusions de la comparaison entre Club Thérapeutique et GEM en 2018 Il y a un Cahier des Charges parce que les GEM n’ont pas d’histoire et il sert avant tout à masquer la misère intellectuelle des GEM face aux 70 ans d’histoire de la psychothérapie institutionnelle. C’était de l’humour mais pas que…

(Visited 6 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/de-la-relativite-du-cahier-des-charges/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.