A l’origine des GEM, Saint Alban

Il y eu sans doute des formes d’auto-organisation dans les colonies agricoles du début du 20éme siè_cle, mais c’est la premiére fois de façon documentée que des usagers de la psychiatrie s’organisèrent de façon autonome, comme dans un GEM en faite. C’était un pauvre village du Gévaudan. On peut y arriver par un autocar improbable venu de la gare de Saint Chely d’Apcher. Ou bien à pied. Comme l’a fait en 1940 le docteur Tosquelles. Et ce qu’il va dire et faire à Saint-Alban mérite l’attention…

C’était un hôpital psychiatrique. Un décret de 1937 avait imposé le mot. Réfugié républicain catalan, Tosquelles préfère dire : asile. Asile signifie hospitalité. Et vers Saint-Alban, en ces années de guerre, convergent les déplacés de Ville-Evrard puis bien des personnes qui ont besoin d’un refuge. On a dit de la Lozère de cette époque qu’elle était devenue un jardin d’Israël. Tristan Tzara, Georges Sadoul, Denise Glaser se sont dissimulés à Saint-Alban. Et, l’hiver 43-44, Paul Eluard avec sa femme, Nusch. Les résistants se récitaient alors le poème qu’il avait voulu lui dédier mais où il avait finalement remplacé son nom par le mot « liberté » : « Sur mes cahiers d’écolier /sur mon pupitre et les arbres/ Sur le sable et la neige/J’écris ton nom… »

Pour faire face à la pénurie de nourriture, Tosquelles ouvrit les portes de l’hôpital pour que les patients partent aider les agriculteurs aux champs. et remplacent ceux qui étaient prisonniers en Allemagne. Et c’est ainsi que pendant que 40 000 personnes mourraient dans les HP du reste de la France, à Saint Alban on mangea à sa faim.

A Saint-Alban, la guerre puis l’occupation avaient brouillé les vieilles frontières. Il n’y avait plus d’un côté, eux, et nous, de l’autre. Les hommes libres ne l’étaient plus vraiment, les malades à certains égards l’étaient davantage. La folie pouvait dire son mot. Les circonstances permettaient de jeter sur la table des hypothèses nouvelles. Et si une autre conception de l’institution-hôpital pouvait être une part déterminant du traitement ?

Ainsi, dans un des plus beaux départements de France, se formula une des plus belles expériences de la psychiatrie. Elle se poursuit de nos jours dans ce village ou l’hôpital est complétement intégré. Chaque année ont lieu les rencontres de Saint Alban, un des principaux rendez vous de la psychothérapie institutionnelle.

(Visited 93 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/a-lorigine-des-gem-saint-alban/

5 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. D’accord avec toi Damned, je reprend un peu l’image d’Epinal de Tosquelle, le Che Guevara de la psycho-thérapie institutionnelle… Mais faut avouer qu’il avait un beau pedigree : psychiatre de l’armée républicaine espagnole, une faconde sans pareil. De mon côté j’ai une petite préférence pour Basaglia ou Frantz Fanon, mais chacun ses goûts 😉

    • Damned sur 31/01/2022 à 12:24

    Complément
    Peut être que Tosquelles n’avait rien d’un homme providentiel. il est juste tombé dans un hôpital où les psychiatrisés étaient déjà organisés et en lien avec les paysans du coin et il a eu l’intelligence de s’en rendre compte et de les laisser faire quand la guerre est arrivée….

    • Damned sur 31/01/2022 à 12:20

    D’accord. En vrai pas d’accord mais pas envie que ça vire à un conflit.
    Mais ça a commencé avant la guerre. Tosquelles racontait que les psychiatrisés et les paysans avaient l’arrangement suivant : il y avait une récompense en argent quand on capturait un fou échappé, alors un fou s’échappait , se faisait attraper par le paysan de son choix et ils se partageaient ensemble la récompense en argent. tout ça s’est fait sans Tosquelles…

  2. Saint Alban reste comme une des premières expérience grandeur nature d’empowerment où les patients de l’Hôpital, loin d’être les incapables qu’on prétendait qu’ils étaient ont été au contraire à même de prendre leur destin collectif en main. Les GEM fonctionnent sur le même modèle. Pour moi nous sommes dans le paradigme de l’’abbaye de Thélème, la première utopie de la littérature française. Gargantua offre à frére Jean des Entommeurs la gestion de celle-ci. Celui-ci au début proteste :” comment « pourroy je gouverner aultruy, qui moymesmes gouverner ne sçaurois ? ». il accepte à condition qu’elle corresponde à son bon vouloir et tout marcha merveilleusement bien.

    • Damned sur 30/01/2022 à 21:38

    Je ne comprends pas en quoi Saint Alban serait une sorte de GEM. Il y a eu de nombreux articles et interviews de Tosquelles et je ne vois pas où vous trouvez de quoi alimenter l’idée de GEM. Pourriez vous développer SVP ? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.