Du GEM au lieu de vie

Voir aussi: Les Gem comme nouvelle utopie possible

Les GEM sont pensés comme une utopie limitée. On est pas là pour refonder une société mais simplement pour créer un espace des possible dans cette société. L’utopie reste limitée dans 95% des GEM, même parmi les plus autogérés. On ne trouvera pas parmi les GEM d’expérience comparable à Longo Maï, de réelle coopérative, insérée dans le tissu économique,et pratiquant l’habitat inclusif autant que l’accueil. Les GEM restent quand même des armées mexicaines, un peu à l’écart de la société. Pour l’instant il n’y a que le GEM de Mamers que nous avons rencontré à fonctionner comme une véritable entreprise.

Hormis les Invités au Festin, cette expérience de maison d’accueil pour SDF en souffrance psychique de Besançon qui a depuis essaimé dans dans quelques villes, il n’existe guère de GEM faisant partie d’un lieu de vie. Il y a bien l’expérience du lieu de répit à Marseille lancée en 2019 qui au départ autogéré à très rapidement été reprise en main par les soignants et le fameux Vincent Girard. C’est d’autant plus curieux que l’expérience Un chez soi d’abord (Housinf First) rencontre un vif succès. On aurait pu penser également qu’à force de passer du temps ensemble, les gémeurs aient envie d’aller plus loin dans la cohabitation, d’autant plus qu’ils vivent pour la plupart seul chez eux dans des logements exigus.

On trouve en revanche plusieurs GEM qui se sont constitués à partir de foyer d’accueil comme la Maison de la Vague à Paris, née au début des années 2000 du Foyer de l’Espérance dans le 17éme arrondissement. A Lyon c’est le GEM Agora qui est né du foyer Notre Dame des Sans Abri.

Pour aller plus loin :

Livre “Lieux de vie et d’accueil Réhabiliter l’utopie Jean-Luc Minart

(Visited 43 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/du-gem-au-lieu-de-vie/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.