Les temps sont durs même pour les fondateurs d’un GEM

Post publié sur le Groupe public Facebook public GEM de France le 22 décembre 2021 (le post a été anonymisé)

https://www.facebook.com/groups/355914048464959

>>> Au GEM Dauphin, deuxième fois qu’on se sert de moi. <<<

Quand je vous lis ici sur fb, il y en a plusieurs qui se plaignent de leurs GEM, alors que pour d’autres tout semble aller pour le mieux.J’ai fait partie de ceux qui ont crée le GEM Dauphin et dès le début c’est de peu que j’ai laissé la place de président pour celle de vice-président et j’ai eu tort car en fait les 2 projets GEM et radio étaient complémentaires. Pendant pas loin de 3 ans on y a travaillé réunions sur réunions. Ensuite on a commencé à aller à la maison des associations de Saint-Glinglin faute de locaux, car pour en avoir faut avoir de l’argent, mais pour avoir l’argent de part l’ARS il nous fallait justement des locaux impérativement dans cette ville ce qui aura posait bien des soucis nous bloquant sur tout et nous faisant perdre plein d’adhérents potentiels vu qu’on avait qu’un lundi après-midi sur 2 une salle, pas toujours la même. De plus on gênait un peu trop les réunions faites dans les salles voisines quand il y en avait. Très vite la présidente a commencé par avoir avec elle la vice-secrétaire à ses côtés ramenant ensuite en second à ses côtés la secrétaire. Côté radio et sans aucun rapport avec le GEM, avec celui qui y est trésorier à ce moment-là, ont avait pris rendez-vous avec notre député dans le cadre de notre projet radiophonique. Quand la présidente entendue parlait de ça, n’hésita pas a faire remarquer son mécontentement car selon elle on faisait tout dans son dos ce qui était faux étant sans rapport. Au final les 6 membres du bureau étaient présents et le député ne comprenait plus rien entre à la base un projet radio et maintenant le jour du rendez-vous une association GEM Dauphin qui souhaite des locaux etc. Non seulement la présidente était très remontée contre nous les 2 seuls garçons, donc j’ai tout pris sur moi, puis elle rajoutera aussi indirectement à ses côtés le trésorier n’évinçant plus que moi, puis par la suite la vice-trésorière, mais en plus de l’autre côté, plus jamais le député ne répondra à notre projet radio. De là les coups en douce à mon égard ont été permanents. La vice-secrétaire était la numéro 2, moi en tant que vice-président je n’étais informé de rien, pas des réunions, pas le lendemain à Cresendo (restauration) du choix du logo, alors même que la veille à la maison des associations j’apportais pour la troisième fois toutes les modifications demandées. Des heures et des heures de boulot pour rien, vu qu’ils voteront tous un nouveau logo fait seulement par la vice-secrétaire oubliant le travail commun. Plusieurs réunions et décisions ont été faites ainsi dans mon dos. La seule fois où j’ai réellement existé pour la présidente était officiellement un goûter chez elle pour se retrouver entre membre (du bureau), mais en réalité c’était pour lui descendre des meubles dont un canapé d’angle en plusieurs parties très lourdes par un escalier étroit, autant qu’un cadre de porte pas bien large, ensuite que j’aille au chemin mitoyen côté arrivée maison, entre le mur de sa maison et des buissons piquants de partout pour attraper une grande jardinière en bois. Puis je n’existerais plus jamais, pas même pour lui succéder quand elle s’absentait etc vu que la numéro 2 était bien la vice-secrétaire. Entre-temps, la vice-trésorière démissionnera par écœurement total d’un tel fonctionnement.La personne qui nous a aidé à créer le GEM s’occupât de la date de la seconde AG, laquelle où enfin j’étais conviait. Enfin j’étais présent sur pas loin de 3 ans (en dehors de toutes les réunions ennuyeuses car complexes en démarchent). La secrétaire m’avait fait part par téléphone, mais aussi à la vice-secrétaire et au trésorier, que la présidente ne reviendrait pas et lâchait son poste de présidente. Le jour J et la présidente de part la secrétaire savait que je venais pour ce poste, chose où la secrétaire comme le trésorier était d’accord, voila que débarque la présidente puis me dit que jamais je ne serais président d’où sa présence.Ici je voulais précisait une chose : un jour où je n’étais pas à la maison des associations, une femme à qui elles ont laissé leurs numéros de téléphone aurait fait que les appeler jours et nuits, ce qui deviendra un prétexte pour que seul les 2 garçons n’est plus leurs numéros volontairement changés. Comme si on les appelait tout le temps ! Rarement oui mais pas plus. Bref, les liens avaient fini d’être rompu, j’étais totalement écarté jusqu’à cette AG.Lors de cette AG, la responsable demanda à chacun si chacun voulait poursuivre en gardant son rôle dans le bureau. La présidente avait dit oui ce qui surpris ceux qui savaient qu’elle lâchait son poste. Moi j’avais dit oui de poursuivre vice-président ayant été pris de court et ayant besoin de la réflexion, puis j’ai dit les 4 vérités en face haut et fort ce qui ne plaisait ni à la présidente, ni à la vice-secrétaire qui cette dernière dira poursuivre sans plus pouvoir être là. Bref, donc j’ai dit que je souhaitais être président, mais ce n’était pas possible m’a ton dit vu que la présidente se maintenait.Le lendemain j’écrivais une lettre à la responsable pour donner m’a démission étant donné que la présidente ne voulait pas revenir, qu’on ne me donnait pas une chance par vote de pouvoir le devenir, que si c’est pour être vice-président informé de rien que ça ne servait à rien et que ce n’était pas la peine et j’en suis parti. Entre-temps les 4 membres restants du bureau ont tous démissionné d’un seul coup suite à l’animatrice mettant en péril le GEM Dauphin.>>> Mon retour au GEM Dauphin<<<Peut avant mai par là et de par des personnes dont l’ancienne responsable, SAVS/SAMSAH, je reviens au GEM, ce qui tombe visiblement très bien à ce moment-là, je vois la maison, une de celles visitées de meublé avec des personnes que je ne connaissais pas, on semble m’accepter tout de suite. Avec l’animatrice et les adhérents dont ceux du bureau du CA semblent m’apprécier, tout ce passe pour le mieux, chose qui me surprend. Avec l’animatrice on semble s’entendre sur tout, être d’accord sur tout, je l’appuie même qu’effectivement contrairement au comptable chez qui on est en gestionnaire prestataire, qu’il vaut mieux avoir un véhicule plutôt que du leasing, car au bout de 5 ans on a rien et rebelote, on est même d’accord qu’une bonne occase est bien mieux, d’autant plus qu’en ce moment il faut 6 à 8 mois pour des véhicules neufs. Sinon j’avais passé une après-midi à faire des devis chez les concessionnaires sur du neuf, j’en ai fait un autre sans jamais avoir les infos que j’ai quand même eu indirectement au final pour pouvoir faire des devis assurances. Je l’ai même soutenu auprès de tous qu’effectivement le prestataire gestionnaire n’avait en effet pas à lui changer son contrat de CDI pour un CDD de 2 ans, etc. Par passion et pour le bien du GEM Dauphin, je leur donne un clic-clac en très bon état vu qu’on a visiblement pas assez d’argent pour en acheter un, je leur fais un nouveau logo qu’on a fait évoluer ensemble et qui est celui actuellement visible sur fb ainsi que sur le dépliant et le site web que j’ai mis en place. Tien, la encore j’ai fait part de mes connaissances, je leur fais un dépliant, je fais toutes les modifications demandées dailledaille pour qu’elle soit vite imprimée chez l’imprimeur, l’animatrice me dit d’aller à une réunion du CA, je dis que non, je ne suis rien, elle me dit si que je suis consultant du GEM, que avec moi les choses avancent, etc. On me demande par mail ce que j’en pense par rapport au logo, présentation et couleurs pour un rollup et je donne mon avis que c’est parfait et il est réalisé en même temps que les impressions du dépliant. Au final tout le monde fini majoritairement par être d’accord lors d’une réunion des membres du CA présents en majorité pour un véhicule d’occase, je leur en trouve un, le sujet est abordé tout le monde part là-dessus. On a été le voir, on l’a essayé et tout va très bien. En suite j’ai payé ma cotisation, j’ai la date qui désormais dans l’association n’est plus la même, on me l’a anti daté, bref !!! Maintenant depuis le 12 novembre que je suis de nouveau membre du GEM Dauphin je semble existait de moins en moins pour l’animatrice. D’ailleurs depuis fin mai on me laisse entendre que je serais logiquement président vu que tout le monde me le disait en plus me préférer à l’autre personne qui souhaitait aussi l’être et voila que mardi 30 novembre on charge le parrain de m’informer par téléphone qu’il a mal compris, qu’en fait on partait sur des coprésidents etc je lui ai dis que si, il avait bien compris, on avait établi tous ensemble qui y ferait quoi au nouveau bureau… Etc, bref, on me rétrograde dans le dos. Entre-temps j’apprends par la Gazette qu’ils sont venus dans nos locaux pour faire un article, qui était présent ? Le deuxième à vouloir être président, qui voulait en plus se faire payer ses trajets par le GEM pour aller à titre perso de Saint-Glin Glin à Toulouse dans un autre GEM et ce plusieurs fois par semaine. L’animatrice nous à dis ça à tous et qu’un adhérent de ce GEM en question avec qui ils ont lancé un projet voulait avec notre budget de fonctionnement faire sa promo dans les autres GEM. Que c’est-il passé en suite dans mon dos vu que moi j’y suis pour rien dans tout ça ? La deuxième semaine de décembre qui vient de passer, vu que l’animatrice est malade et qu’elle ne peut vraiment pas venir travailler, je dis au trésorier actuel ce lundi-ci que OK je viens demain (mardi) matin pour l’ordinateur afin qu’on fasse la visioréunion avec le CNIGEM, je vous passe les détails, mais au final on est connecté, on est 2 puis 3 à y être présent. Le président du CNIGEM est heureux de me voir, de nous voir et de nous avoir enfin de connecté. Le trésorier commence à écrire sur une feuille si blanche, je la prends à mon tour, note l’essentiel qui remplie cette feuille. En suite je refais tout ça au propre que ce soit de tête comme des notes importantes d’écrites et un rapport de cette visioconférence en sort. Le trésorier m’en remercie, ce à quoi je ne m’entendais pas du tout, car quand je fais les choses, je les fais ainsi par plaisir de rendre service. Cette nouvelle adhérente lors de la dernière réunion des membres du CA avait fait parlait d’elle, car l’animatrice nous apprenait qu’en venant chercher un papier, elle avait surpris dans les locaux, qu’elle y avait dormi, fumait dans tout le service, mangeait ce qui s’y trouvait etc, mais bon qu’elle lui avait parlait donc et qu’on ne devait pas lui en tenir rigueur, mais qu’il ne fallait plus lui laisser les clés. Cette même personne qui pourtant me paraît jusqu’ici gentille, veut le lendemain faire un couscous, le trésorier ne peut pas y aller, moi oui, donc elle fait venir un visiteur (pas encore membre que je n’avais jamais vu), elle lui passe de l’argent pour aller faire les courses, je l’y porte en voiture, tout semble allait. Au cours du repas, à ce visiteur j’y sors à la plaisanterie que je ne comprends pas qu’on puis-ce autant fumer qu’en on ne peut pas s’habiller, et là il me dit qu’en France c’est bien, car il y a la CAF pour ça. Le lendemain on est tous OK pour finir le restant du couscous. J’arrive, elle était présente (cette adhérente), le visiteur aussi, mais il vient avec une jeune femme de son foyer en simple visite pour manger et visiblement il y avait l’après-midi si j’ai bien compris la sophrologie, atelier auquel les visiteurs allaient participer. Visiblement les gens externent sont plus au courant que moi des dates et heures des activités. Puis en discutant comme la veille aussi, mais ce jeudi midi je vois l’adhérente allait sur le balcon fumer, le visiteur pareil, puis il sort un joint, curieux pour quelqu’un en foyer avec l’AAH qui ne peut pas s’habiller, et qui va à la soupe populaire et bientôt aux restos du cœur… la visiteuse n’a ni AAH ni des troubles, entre-temps le visiteur dit en parlant de moi «qu’est-ce qu’il a celui-là, il va pas commencer à nous faire chier », je fais comme si j’ai rien entendu pour ne pas que ça finisse mal, l’adhérente me dit ce qu’elle a, au final aucuns troubles, juste de la solitude qu’elle n’est pas d’accord avec moi et que le GEM c’est pour ça, que c’est comme Azimut ici (Azimut est un centre social pour y faire des activités) qu’habitant juste a côté comme ça elle n’a pas a traversée la ville etc. J’y dis avoir mal compris alors de ce qu’est logiquement un GEM, je m’assois, l’animatrice pourtant malade débarque, surprise de voir du monde alors qu’il ne devait y avoir personne de présent, mais c’est pourtant elle-même qui disait que c’est aux adhérents de faire tourner le GEM même en son absence. Elle dit bonjour le prénom de l’adhérente, puis bonjour le prénom du visiteur et qu’elle ne connaît pas cette personne, moi elle ne me dit plus bonjour, je vais au bureau elle n’a pas le temps, juste venu prendre un papier, démarre l’ordinateur, l’adhérente y va et elles discutent quelques minutes, j’y retourne, car elle dit être malade et contagieuse, alors je veux savoir si c’est le virus ? Seule chose qu’elle me répond, non mais avoir la gastro et est très contagieuse. Donc elle ne se désinfecte pas les mains ni le clavier ni le bouton de l’ordi ? Bref, je ne suis que simple adhérent après tout, mais refuse de me parler et ne me dit toujours pas enfin bonjour. J’y ai dit notre conversation avec l’adhérente, elle me confirme qu’on est en gros comme un Azimut, que les gens sont libres d’aller dans l’un ou l’autre. J’y ai dit ne pas avoir du tout compris alors ce qu’était un GEM, que je croyais que c’était pour des gens avec des troubles, pour nous aider, nous sortir de la solitude, elle me dit qu’ils ont tous des trucs, j’y dis que c’est pas vrai, la visiteuse et les prochaines que le visiteur va faire venir de son foyer, n’ont rien du tout, l’animatrice ne me parle pas de façon agréable, me dis écoute elle a fait de la dépression (l’adhérente) t’a qu’a te renseigner sur internet de ce que c’est, j’y ai dit en avoir fait, que j’ai commencé un burn-out, alors à d’autres et que je sais ici qu’elle n’en fait pas, juste la solitude et un autre problème, bref elle veut plus me parler, alors j’y ai dit si je la faisais chier et elle ne m’a pas répondu, donc j’y ai dit que vu que je me suis trompé d’endroit et que je l’a fait chier à ce point, que je me cassais. Visiblement elle s’en foutait royalement, ce qui l’a fou mal pour une qui prêtant avoir fait un stage de psy et vouloir ainsi par passion aider les gens à aller mieux. Depuis rien, pire : une fois mon départ on m’envoie un AR que je reçois le lendemain, soit le 10 décembre, ce qui est en délai trop court vu que l’AG aura lieu le 17 décembre. Au final pour l’AG dans laquelle la encore je n’y serais finalement pas comme membre du CA et donc pas du bureau vu qu’ils ont déjà décidés de tout entre eux (comme pourtant on l’avait fait ensemble semaine après semaine) alors qu’on semblait pourtant tous si bien s’entendre… Je crains que ça ne serve plus à rien d’aller à cette AG vu que tout est décidé d’avance. D’ailleurs le trésorier m’appelle, je le rappelle sans savoir que c’est lui ce numéro inconnu, il veut savoir si je viens ou pas à l’AG qui a lieu le lendemain, j’y ai dit qu’elle s’en fout royalement de moi et qu’ils ont tout décidé ensemble dans mon dos, que si c’est pour me rabaisser encore une fois et au final en ressortir simple membre, que ça ne m’intéressais plus d’y assister. Il me dira « bon bien alors bon courage de ton côté et au revoir ». C’est la deuxième fois où l’on se fout de moi, qu’on se sert de moi et qu’on m’évince comme si on se mouchait bien dans un mouchoir pour ensuite une fois bien usé le jeter dans un talus. Visiblement on préfère les gens qui ont déjà une structure Azimut ouverte à tous, qui ont une MJC , des gens qui ont même un foyer pour les aider et être là pour eux, plutôt que ceux qui ont des troubles psychiques, seuls, isolés. Donc on a aucun endroit à nous ?? Le pire c’est de m’avoir fait croire depuis le début que je serais au bureau, début juin je me trouve une maison sur Saint-Glin Glin afin de ne plus me taper à chaque fois 40 km aller/retour, aussi cela me permet dans ce projet de ne plus rembourser un crédit avec de faibles revenus. Pour divers raison l’été est passé. 2 semaines sans finir à déménager seul, il m’en reste à faire, 2 semaines à faire en sorte à avoir de l’eau, j’ai pas fini de déménager ne pouvant pas y vivre, je dois finir en cette fin d’année à finir de vider la maison pour la vendre au plus vite. Tout ça pour quoi ? Tout ça pour rien. Le GEM finalement vous isole encore plus que vous ne l’étiez. 4 adhérents et membres du bureau restant sont partis à cause de l’animatrice, un autre membre ne veut plus y aller à cause d’elle, vu comme elle traite les gens, moi non plus je n’ai même plus envie d’y aller d’autant plus que tout le monde s’en fout de si on y revient ou pas. Combien somme nous à cause d’une personne salariée avec des compétences et payée en conséquence, à ne plus vouloir remettre les pieds dans ce GEM tant qu’elle y sera ? Et après ça se dit être passionnée de psychologie ?Seule la personne de l’ARS HG a essayée de faire quelque chose. Le parrain pourtant là pour nous aider comme le président du CNIGEM ne m’ont jamais rappelé à ce jour, suite au message téléphonique.Moralité et en résumé : les GEM sont censés nous aider, hors dans celui-ci on se sert de nous, juste nos bonnes idées, nos compétences, notre cotisation et on nous zappe hors certains adhérents qui vont continuer à être utile, on nous raconte n’importe quoi, puis c’est l’inverse, on nous ignore, on préfère ceux déjà bien aidés et qui ne sont que visiteurs à ceux devenus membres. Seuls eux et sans aucuns troubles => compte. Alors pour les gens comme nous, ils nous restent quoi ? Bas rien du tout si ce n’est d’être encore plus isolé et équerré d’une telle structure.

(Visited 70 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/fondateurs-dun-gem/

1 Commentaire

  1. “Les GEM sont censés nous aider, hors dans celui-ci on se sert de nous, juste nos bonnes idées, nos compétences, notre cotisation et on nous zappe hors certains adhérents qui vont continuer à être utile, on nous raconte n’importe quoi, puis c’est l’inverse, on nous ignore, on préfère ceux déjà bien aidés et qui ne sont que visiteurs à ceux devenus membres. Seuls eux et sans aucuns troubles “‘
    C’ est pareil avec Entraide Mutuelle mais on a trouvé un modus vivendi : ils se servent de nous, nous on les fouette. Ils ont trop besoin de nous pour protester.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.