InterGEM Longue distance entre Bobigny et Marseille

alade avec les Gemeurs de Bobigny par gemclub

En avant les GEMEURS – 17-20 août 2021

Mardi 17 arrivent sous l’Ombrière le groupe des Gemeurs de Bobigny : Fatima, Yoan, Patrick, Franck et Ranjith, en compagnie de leurs animatrices Clara et Marise. Avant de diriger nos pas vers le MuCEM les gemeurs jet-lagés ont une faim de loup : ils dévorent portions de pizza, avant que nous allions prendre un café sur le cours d’Estienne d’Orve.

Puis on dirige nos pas le long du quai du Port dans l’intention d’aller visiter le MuCEM. Pas de chance, le mardi ce n’est pas permis, car les musées nationaux sont tous fermés ce jour-là. Alors nous allons se reposer pour profiter de l’ombre faite par la résille du musée, sous la passerelle qui relie le musée au fort Saint Jean.

Une fois ressourcés, on part à la rencontre de La Major ; visite de la cathédrale de Marseille au style éclectique pour certains. Une fois sorti, on fait une petite évolution dans le Panier autour de la place du Refuge et ses rues végétalisées par les résidants, passage obligatoire à l’UndArtGround et on se dirige vers la place de Lenche où siège Le Glacier du Roi… qui est fermé lui aussi (pas étonnant) !!

Après une courte dégustation des navettes des accoules offerte par le guide, on dirige nos pas sur la rue Caisserie, et je me souviens alors du glacier La Vanille Noire. Dégustation d’une double boule sous le regard bienveillant du clocher des Accoules. Explication du Pavillon Daniel (ancien palais de justice) et de la présence sous son balcon en ferronnerie fleurie de la Veuve Noire pendant la Révolution (la guillotine). Retour par la place Bargemon. Passage sous l’Ombrière et retour à l’Hôtel Ibis. Ils me demandent où ils pourraient manger le soir : à part les kebabs du cours Belsunce, je ne sais pas leur indiquer une bonne adresse prix éco..

Mercredi 18, il était prévu d’aller au Frioul en compagnie d’adhérents du GEM-Club Parenthèse. A cause de deux cas covid déclarés en ce lundi 16, et de nombreux cas contacts, la sortie avec des adhérents de Parenthèse est annulée. Ce matin il y a une telle queue, qu’avec Clara on décide de reporté le Frioul. Nos pas se dirigent alors vers Noailles, le Ventre de Marseille. Passage obligé chez Empereur, quincailler depuis 1827.

Après avoir traversé La Canebière, on se dirige vers la célèbre et sulfureuse rue Thubaneau, où a été érigé le mémorial de la Marseillaise. En 1792, a été chanté pour la première fois Le chant de l’Armée du Rhin (qui deviendra en 1795 La Marseillaise l’hymne national) ; on débouche alors sur le cours Belsunce. Après avoir fait un crochet par la place de la Halle dite « Pierre Puget » (non pas l’huile d’olives). On faut une micro-pause café à mi Boulevard Colbert.

Une fois arrivé place Sadi Carnot, on monte sur le Panier ; arrivés à hauteur de la Place des pistoles, on picnic devant la Vieille Charité ; cette fois –ci on dirige nos pas vers le MuCEM ; mon test antigénique me sert de pass saniataire, comme pour les autres gemeurs. Nous faisons une évolution autour des espaces d’exposition, et profitons d’un café mérité sur la terrasse. Après être passé sur la grande passerelle, nous profitons des espace du Fort Saint Jean, jusqu’à la tour du Roi René et son panorama exceptionnel sur la passe du Vieux port.

Une fois sorti de l’ancienne forteresse, nous nous dirigeons vers la place de Lenche et son Glacier du Roi. Cette fois-ci il est ouvert et qui plus est il n’y a pas de queue : c’est le sacre des papilles !! Puis retour tranquilou vers le vieux port.

Jeudi 19, c’est la montée sur Notre-Dame de la Garde ; un point de vue exceptionnel sur tout Marseille ; puis après être descendu, c’est l’heure de la grignotte dans un bar à salade. Une fois repus, c’est l’heure du pénéqué avant le Frioul. Franck ne désirant pas y aller, à cause de la minéralité, je reviens vers lui histoire de boire un coup, et de faire une petite boucle en passant par le Jardin des Vestiges. Après avoir vu la plus ancienne maison de Marseille, l’Hôtel de Cabres (1535), puis Rue de la Loge on assistante aux balances d’un groupe de swing avec danceurs.

Vendredi 20 : c’est déjà les aurevoirs ; ces 4 jours se sont vite passés, et ce sont des promesses de futures rencontres sur Paris. Merci à vous 7 pour ces échanges conviviaux.

Jérôme

(Visited 11 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/intergem-longue-distance-entre-bobigny-et-marseille/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.