La marraine du GEM Vaison la Romaine nous permet de publier ce texte. Je vais essayer de retracer ici le travail effectué durant ces années au GEM de Vaison la Romaine.

Présentation du GEM de Vaison

En premier lieu, je donnerais ma position personnelle à savoir un militantisme en faveur de ce que j’appellerais la place des handicapés psychiques dans la société, je reprends ce terme car il fédère au sein du groupe des adhérents.

J’ai travaillé des années en hôpital psychiatrique, et curieusement ce monde à priori hostile, dur, archaïque parfois m’a construite, j’ai coutume de dire qu’on y vient pas par hasard, on y vient avec une question, dont on ignore le contenu et qu’on va travailler au fil du temps et des rencontres.

Fréquenter les fous, le terme méridional fait référence aux fadas, personnages habités par les fées, s’est révélé instructif voire passionnant. 

Si on rentre dans un ciné après le début de la séance, il faudra un temps pour s’accoutumer à l’obscurité, un temps pour y voir pour suivre le fil de l’histoire. En psychiatrie c’est pareil, d’abord il faut se défaire de ses schémas, de ses automatismes pour envisager la traversée de l’autre cote du miroir . Il y a ce que l’on laisse de certitudes, et aussi ce que l’on puise dans ses ressources propres, faire travailler sa tête pour mettre en œuvre les conditions de la rencontre avec la fraternité des humains, complexe et parfois déroutante.

Serge Mégerie à cause de la maladie de son fils s’est trouvé militant de la cause du handicap psychique, il a fait alliance avec d’autres venants de différents horizons pour créer un GEM situé dans le nord Vaucluse, aux confins du département et de la Drome provençale.

 L’association Passerelle Bleue est née, en grande partie avec son énergie infatigable, bateleur des marchés de Vaison et Nyons pour recruter adhérents et sympathisants, interlocuteur de l’ARS des élus, interpellant CMP et bonnes volontés.

Le local a été loué, aménagé meublé, repeint …

Des réunions multiples ont posées les fondements, l’ARS a même devant tant d’énergie attribuée un petit pactole de démarrage pour ouvrir en février 2012, centre ville un local de 100 m carré …

D’abord avec une animatrice à mi temps psychologue de formation qui laissera sa place à un animateur temps plein.

Tout roule, le GEM est plein à craquer, le responsable du CMP le Docteur Cohen a rejoint l’association, et envoie équipe et patient voir ce qui se passe au GEM. Et, il se passe beaucoup de choses ! Atelier d’écriture et de Peinture animé par des bénévoles de l’association, Atelier d’Art Plastique animé par un adhérent, Atelier Photo animé par l’animateur, séjours, vide grenier, repas Serge mitonne des couscous, les repas de Noel réunissent adhérents, familles, invités de l’association. L’animateur crée un site internet, des postes informatiques sont achetés pour les adhérents…

Une deuxième animatrice est  embauchée à mi -temps  en reprise d’emploie l’association bénéficiera d’un temps payé elle passera ainsi à temps plein.

Dans le mouvement l’association reprend son projet initial de résidence accueil et détachera un temps d’animateur pour travailler l’étude de faisabilité avec une subvention de la Fondation de France. Pour compenser le temps GEM un petit contrat est fait à la seule intervenante rémunérée qui assurait des séances de relaxation.

Nous recevions régulièrement l’animateur et « les portes parole » adhérents du GEM dans nos réunions. L’ambiance était bonne, le GEM travaillait à la création de l’association des adhérents cahier des charges oblige et était associé au projet résidence accueil.

L’animateur s’est vu promu coordinateur à sa demande, une régulation était mise en place avec un psychanalyste choisi par ses soins. Une journée par semaine était consacrée à faire leur réunion où étaient reçus différents acteurs du champs social, hors parrain et hors adhérents, Participaient aussi les bénévoles des ateliers .

Les rapports d’activité étaient de gros pavés avec camemberts, courbes ascendantes, toutefois von avait un peu de mal à lire clairement le nombre d’adhérents et étaient présenté par les animateurs à l’assemblée générale de Passerelle Bleue , via power point, nous étions impressionnés !

Afin d’aider à la mise en route, nous avions suggéré une formation de groupe via les croix marine, les adhérents y ont participé ainsi qu’ une assistante sociale du CMP, le fantasme de ça menace notre boulot, comme celui de la psychiatrie ça ne vaut pas grand-chose (selon qu’on se place du point de vue des soignants ou de celui des animateurs a un peu cédé du terrain, et une convention était envisagée…

Les Croix marine seront à nouveau sollicité plus tard pour une autre formation de groupe..

C’est ma période GEM. Je participais à l’Atelier Théâtre, et donc passais du temps au GEM, de même je participais à bon nombre de réunions de promotion (intercommunalité, mairie etc..)

Serge a du affronter la recrudescence de son cancer, qui finalement aura raison de son élan vital.

Le Docteur Cohen assurera l’intérim de la présidence avant que le relais soit pris par Sami le fils de Serge..

Là-dessus le contrat aidé se terminant l’animatrice n’a pas été embauché à temps plein, le budget était trop court 75000 euros à l’époque, pourtant nous avons fait des coupes, avec l’accord des adhérents comme la suppression des heures de ménage…

La création de l’association ramait et semblait toujours renvoyée l’engagement ne va pas de soi. La formule co présidents trouvé par l’animateur ne réglait pas les hésitations et à vrai dire ne nous satisfaisait pas.

Nous avons fini par fixer une date et il a fallu s’y reprendre à trois fois pour parvenir à élire les représentants tant les statuts étaient alambiqués ! Mais bon 2015 nous étions dans les clous l’association était enfin crée …

La zizanie est arrivée à nos oreilles par une demande d’éviction d’un adhérent.

Nous avons fait fonctionner la commission accueil et adhésion avec un fonctionnement paritaire de trois collèges (animateurs/passerelle bleue/2 adhérents) ; 

Ce fut très instructif comme la désignation dans le collège des adhérents une adhérente en conflit avec « le coupable », ce qui n’était pas conforme…

Le conflit remontait loin, d’abord autour de repas qui auraient empoisonnés le mis en cause et sa compagne qui réclamaient des dédommagements, conflit entre le « mis en cause » et le cuisinier etc…

Là s’est révélé un fonctionnement au bon vouloir des animateurs concernant les participations financières, les adhésions etc.. tout cela sous le régime de l’omerta, De même cet adhérent avait pris un ascendant  sur le groupe, manipulant les uns et les autres en bon habitué des conflits de voisinage et des intimidations .

L’intéressé ne se présentant pas à la convocation il a été décidé après vote d’une éviction de 6 mois avec une possibilité de refaire une demande auprès de la commission.

L’équipe d’animation n’a pas été suivi dans sa demande d’éviction définitive, bien que dans les faits l’adhérent n’a jamais repostulé sous autre forme que menaces de procès., jusqu’à cette année où pour mettre fin à ces épisodes récurrents, alimentés par chaque nouveau salarié nous avons décidé d’une éviction définitive pour clore le chapitre.   

Forte de l’expérience, j’avais remis en main propre à l’intéressé la lettre de la décision. S’en suivi un flot de menaces par mail , des insultes aux adhérents dans la rue et la réapparition récurrente des intimidations diverses….  Néanmoins il n’osera plus franchir la porte du GEM, et ses mails fantaisistes ne seront pas suivi d’effet : comme souvent le combat cesse faute de combattant…

Nous avions fini la période pionnière, l’animateur sera gravement malade l’été 2015 et sa collègue suivra le même chemin deux mois après… Que faire ?

D’abord assurer les ouvertures, constater que les adhérents revenaient et ensuite nous avons eu aussi recours à un contrat court d’animatrice qui était entre deux projets professionnels.

Désencombrer le GEM des accumulations d’objets invendus des vides greniers, faire du classement de piles de documents, Tout cela sans accès à l’informatique, ce sera difficile de récupérer les codes d’accès, et mise en route d’une rupture conventionnelle à la demande de l’un et mise en invalidité pour l’autre des animateurs…

En même temps nous avons travaillé à la fiche de poste, à la restructuration de la vie du GEM inspiré par les outils de fonctionnement ramenés de la clinique La Borde ainsi l’élaboration du programme à venir.

Partir d’une réunion hebdomadaire construite avec les adhérents, diffusée largement aux partenaires . 

Parler des difficultés de la semaine écoulée, des projets de la semaine à venir des projections futures et annoncer les événements, mettre en place des petits groupes autour de projets futurs .

Privilégier d’accueillir en commun intervenant s extérieurs , nouveaux arrivants, visiteurs ,élargir les plages d’accueil, en bref remettre de la transversalité.

Les adhérents répondant au téléphone au même titre que les animateurs, une petite révolution pour certains correspondants !

Nous avons recruté une nouvelle animatrice le GEM était reparti pour de nouvelles aventures. 

J’ai passé alors beaucoup de temps pour l’aider d’abord, puis pour tenir bon sur le programme, sur  le respect de l’inscription ..

L’association l’Oasis de Nyons ( le Docteur Cohen officiant au CMP de Nyons à présent) s’est rallié au GEM de Vaison, ne bénéficiant plus de subvention ARS au vu du faible nombre d’adhérents ; ce qui a permis au GEM de bénéficier du véhicule de la mairie de Nyons  proposé aux associations Nyonsaises.

Un deuxième animateur a été recruté début 2016. 

J’ai pu observer que souvent les premiers mois sont plein d’espoir, la personne est demandeuse et écoute les conseils ( que je pense avisés), les choses se gâtent souvent à partir du CDI.

Nous avions pris le parti de ne pas avoir de temps plein, plutôt deux temps partiels à trois quart temps. 

Ce qui est remarquable c’est la plasticité des adhérents à accepter les nouvelles têtes, bien supérieure à la moyenne, à tisser des liens forts tout en se souvenant des « anciens ». Une qualité de relation peu commune dans le monde des normaux- pathes !

Ainsi les adhérents ont « couverts » les retards récurrents, ouvrant le GEM et noyant le poisson si par hasard on demandait à parler à l’animatrice, développant une espèce de protection chevaleresque indéfectible !

Bien sur les fiches de poste on été rarement respectées, nous avons du gérer les différents entre animateurs, gérer le fait que les numéros de téléphone personnel des animateurs soient donné aux adhérents malgré les mises en garde explicites, etc..  et cela continu encore.

C’est difficile d’imaginer que certains adhérents ont des pathologies lourdes, qu’ils délirent peut être et qu’il faut  être prudent avant de s’aventurer sur le terrain des conseils concernant leurs  soins  psy, mais la nature humaine est ainsi faite, chacun rêvant d’occuper autre chose que sa place, ce qui laisse sa place bien vide !

Difficile de comprendre et respecter un périmètre de sécurité pour soi et pour eux, je peux dire qu’ils ont très bien gérés les problèmes de leurs animateurs sans faire de trait d’humour.

Difficile de faire entendre que le tutoiement systématique a ses limites à savoir l’accord de l’autre et aussi un temps pour s’apprivoiser selon la leçon du petit Prince, ce qui évite les désagréments de la paranoïa par exemple. 

Expliquer puis imposer après les événements de Charly  de respecter la laïcité pas de viande hallal ou casher (c’était plutôt le hallal qu’un adhérent voulait imposer) …

Il est plus simple de s’insurger sur le rejet social que de travailler à considérer la place de l’adhérent, celle qui lui revient de droit dans la dynamique d’un GEM.

Le deuxième animateur est parti suivre un autre projet professionnel, entre temps s’est posé le problème de la gestion (nouveau cahier des charges) et nous avons bénéficiés d’un délai de mise en conformité.

Donc nous repartons pour un tour nouvel animateur, nous faisons le choix d’un sportif, le précédent ayant des diplômes d’accompagnement avait initié des « randonnées »  qui c’est le cas de le dire marchaient bien.

Reprise du passage initiatique, des conseils et reprise du travail d’intégration pour les adhérents doublé du travail de deuil comme à chaque départ. Il allait initié un atelier vélo, avec remise en état et entretien, les vélos ont peu roulé à vrai dire, après un début pourtant prometteur !

Réaménagement du local, on investi dans des meubles neufs on désencombre, l’accumulation est vraiment un symptôme, Diogène sort de ce GEM !  on travaille les espaces de circulation… 

La réunion matrice serait suivi d’un repas offert pour racoler plus de monde, je me suis toujours opposé à cette idée d’expérience je sais que ce n’est pas un argument et ce concept pavlovien me rebute … Pourtant c’est un argument qu’on me sert encore…

Il se met en place un système de SMS qui rappelle les activités du lendemain à l’initiative de l’animateur réticent aux photocopies, trouvant le site has been.. Wy not ? seulement il a fallu apprendre à formuler les messages, qu’ils soient clairs explicites…

Cela a été bien utile pendant le COVID  ce fil conducteur …

Avec la création de l’association gestionnaire on modifie la répartition du travail (fin 2017), on espère en spécifiant davantage chaque poste trouver plus de performance et décharger Chantal (épouse de Serge) qui craque un peu devant la gestion financière, et cela serait plus facile pour intégrer les adhérents au travail administratif (recueil des données stats, caisse, etc…).

L’animatrice ne souhaite pas postuler, nous en sommes avec elle arrivé au terme de l’aventure ! Elle a usé notre grande tolérance, les adhérents la regretteront beaucoup !

Nous recrutons une jeune handicapé en espérant que ce sera moteur pour le GEM, et dans la foulée le CA modifie les statuts de l’association enfin une association avec un président, un trésorier un secrétaire… 2018 s’annonce bien..

Mais la jeune femme ne restera pas pour rejoindre sa région d’origine, elle ne se sera ni accoutumé à la région ni au travail demandé. Rupture conventionnelle à sa demande. Nouveau recrutement !

L’animateur, le président et le vice président partent  en formation cnigem  intitulée «  comment faire vivre un GEM dans l’esprit du cahier des charges » ; ça a l’air top pile ce qu’on essaie depuis 2015 !

Et là métamorphose l’animateur nous explique ce qu’on doit  faire (nul n’est prophète en son pays dit-on), il a ramené des graphiques et nous prêche la bonne parole… On est un peu médusé de s’apercevoir qu’il a zappé toutes nos réunions sur le sujet, 

S’en suivent passages à l’acte divers, plus ou moins dommageables, et s’amorce un déclin des adhésions…

Plusieurs mois après, quand le président nous a demandé qu’il soit viré nous avons enfin compris ce qu’il avait compris. Car il nous l’a expliqué quand nous avons fait une médiation pour essayer de calmer le jeu. Pour lui il attendait « le tout qui doit venir des adhérents », interprété par le président il est payé à rien faire… 

Nous avons frôlé la décompensation du président qui était investi à 200 pour cent ouvrant le dimanche souvent, volontaire pour le travail autour du futur plan santé mentale, il a trouvé sa voie comme pair aidant  il a l’air d’y trouver son compte.

J’ai pendant cet épisode repris l’étude du cahier des charges avec les adhérents…

Et, après une interruption je suis revenu assister aux réunions du mardi plusieurs adhérents ayant fait passer le message « il faut qu’Agnès revienne ».

Je ne suis pas persuadé d’ailleurs que l’animateur ai compris que l’autonomie ce n’était pas laisser les adhérents sans filet,  qu’un GEM était un dispositif entre autre pour y accéder pas un lieu d’éducation ou de rééducation !

J’ ai du trouver des réponses à part exemple :

 :C’’est quoi au juste la bienveillance ?

Je ne suis pas leur boniche,

J’ai encore trouvé les chiottes déguelasses ;

C’est pas possible ;

RE  préciser :

Mettre des mots sur ce qu’on fait derrière son ordi,  comprendre que la position de pouvoir d’où qu’elle vienne est vouée à l’échec.

Faire ce travail d’inscription où tout ne part pas aux oubliettes, les strates se recouvrant sans fin….

Le nihilisme et l’éducatif sont les deux pourvoyeurs du repli sur soi , et même à plusieurs ça isole…Du moins c’est mon avis.

Les équipes d’animation poussent à la roue pour des parrains absents qui laissent toute latitude aux animateurs, et comme chacun sait l’enfer est pavé de bonnes intentions…

Je reconnais volontiers que nos réponses peuvent sembler déroutantes, froisser les égos, 

Ces mêmes bonnes intentions qui repoussent les décisions prises en commun, les c’est pas possible, les manipulations « ce sont les adhérents qui veulent » ; 

Le dernier scoop avant covid me concernait directement, encore une tentative de sabotage de la réunion hebdomadaire, quand c’est fini ça recommence dit la chanson… 

Le confinement a joué l’apaisement, nous avons tenu à une permanence téléphonique…

Je ne parle pas de l’après COVID et du travail relationnel…

Masques et bergamasques, plexi autour du bureau … un petit air fort Knox, avec un volet roulant en panne, 

Quel impact ? 

Il va falloir être costaud…

Miracle mon invitation à recevoir le sociologue des GEMS fonctionne, tient là aussi on dirait que quand c’est fini ça recommence…

 AB

(Visited 66 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/la-marraine-du-gem-vaison-la-romaine-nous-permet-de-publier-ce-texte-je-vais-essayer-de-retracer-ici/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.