Les bistrots et les restos GEM

Autrefois principal lieu de sociabilité française, les bistrots disparaissent petit à petit, au fur et mesure de la désertification française. C’est pour ça que l’économie sociale et solidaire tente aujourd’hui de remettre en place nos bons vieux bistros. Pour les restaurants c’est moins le cas mais ça reste des loisirs aux prix qui n’est pas accessibles à toutes les bourses. D’où également l’apparition de cantines solidaires.

On trouve un peu partout en France et pas uniquement dans les grandes villes des Bistrots Associatifs en forme de GEM : Saint Nazaire, Reims, Morsang-sur-Orge, Angoulême ont des Cafés-Gem, dont celui de Morsang est même légendaire. A Bordeaux ou à Lyon les Bistrots de la rue d’Aussonne et du Hamac sont aussi connus de tous.

C’est pas tout à fait un hasard, puisque les GEM sont fait en principal pour rompre l’isolement des personnes souffrant de trouble psychiques. Et quoi de mieux que de rompre la glace autour d’un café ou d’un thé ? Si la plupart des GEM restent dans un fonctionnement autarcique et n’offrent l’apéro qu’à leurs adhérents, de plus en plus de GEM s’ouvrent peu à peu vers l’extérieur et la création d’un café est la plus simple manière de faire venir du monde chez soi. C’est d’ailleurs comme ça qu’ont vu le jour les premiers Clubs Thérapeutiques, autour d’une buvette autogérée par le club et dont la récolte financière servait à financer les activités du club.

De l’animation culturelle tout azimut

Le Café Curieux de Morsang dans l’Essonne est sans doute le plus connu d’entre eux parce que c’est devenu un des principaux lieux d’animation de la ville. Son dîner Solidaire de Noël, financé depuis 2 ans par la Fondation de France, est très couru. Celui de Reims, qui appartient au fameux centre Artaud, un des leaders français de la psychothérapie institutionnelle, est aussi très connu puisqu’il squatte la plupart des premières places sur Google (il faut dire qu’ils sont très forts en techniques de communication chez Artaud). J’ai pu tester pour vous le Bistrot de la Colombière à Angoulême ou les parties de carte se succèdent à tel point que le lieu est rempli tous les après-midi.

La tempérance est une condition sinequanone pour se faire financer par l’ARS dans bon nombre de régions, pas à Nantes apparemment, ni à Lyon ou au Village Vacance de Solincité dans le Lot et Garonne, les trois seuls lieux pour handicapés psychiques que nous avons trouvés où l’alcool soit autorisé. Si donc la plupart de ces cafés sont sans alcool, au Bistrot Lyonnais du Hamac il est possible d’en boire.

Il faut dire que la consommation d’alcool est un sujet qui peut facilement tourner au vinaigre. Elle est strictement interdite par la majorité des GEM dans leur locaux et l’est très souvent lors des sorties extérieures. Et gare à vous si vous émettez des réserves sur la prohibition absolue, vous serez aussitôt taxé d’irresponsable.

Autre tendance la création de bistrots tenus par des trisomiques 21 comme les “Bistrots Joyeux” qui après Rennes et Paris, viennent de débarquer à Lyon. Mais pour autant que nous en avons pu juger il ne s’agit pas de lieux autogérés comme doivent l’être les GEM.

Les restaurants de GEM

Si quelques GEM font à déjeuner presque tous les jours (Margny, Bondy, Bobigny,…) Nous n’avons trouvé pour l’instant que trois restaurants ouverts par des GEM, celui de Nantes (Tous les jeudis midi), de Grenoble et dans une moindre mesure (puisqu’il faut y être invité) celui de Montrevel (dans l’Ain). Il fait table d’hôte une fois par mois et accueille souvent le maire de la ville et d’autres élus. Celui de Grenoble, le resto des Atypiks existait déjà depuis 5 ans avant de devenir en septembre dernier un GEM Autiste.


Le Café Curieux
de Morsang sur Orge -Essonne
Grain de Café à Bordeaux-Gironde
La Colombiére à Angoulême-Charente
Le CafeGEM – de Reims Champagne

Autrefois principal lieu de sociabilité française, les bistrots disparaissent petit à petit, au fur et mesure de la désertification française. C’est pour ça que l’économie sociale est soldaire tente aujourd’hui de remettre en place nos bon vieux gastros. Pour les restaurants c’est moins le cas mais ça reste des loisirs aux prix qui n’est pas disponible à toutes les bourses. D’où également l’apparition de cantines solidaires.

On trouve un peu partout en France, et pas uniquement dans les grandes villes des Bistrots associatifs en forme de GEMs :Saint Nazaire, Reims, Morsang sur Orge, Angoulême ont des cafés -gem, dont celui de Morsang est même légendaire. A Bordeaux ou à Lyon les Bistrots de la rue d’Aussone et du Hamac sont aussi connus de tous.

C’est pas tout à fait un hasard, puisque les GEM sont fait en principal pour rompre l’isolement des personnes souffrant de trouble psychiques. Et quoi de mieux que de rompre la glace autour d’un café ou d’un thé? Si la plupart des GEM restent dans un fonctionnement autarcique et n’offrent l’apéro qu’à leurs adhérents, de plus en plus de GEMs s’ouvrent peu à peu vers l’extérieur et la création d’un café est la plus simple manière de faire venir du monde chez soi. C’est d’ailleurs comme ça qu’ont vu le jour les premiers Clubs Thérapeutiques, autour d’une buvette autogérée par le club et dont la récolte financière servait à financer les activités du club.

De l’animation culturelle tout azimut

Le café Curieux de Morsang dans l’Essonne est sans doute le plus connu d’entre eux parce que c’est devenu un des principaux lieux d’animation de la ville. Son dîner Solidaire de Noël, financé depuis 2 ans par la Fodnation de France, est très couru. Celui de Reims, qui appartient au fameux centre Artaud, un des leaders français de la psychothérapie institutionnelle, est aussi très connu puisqu’il squatte la plupart des premières place sur Google (il faut dire qu’ils sont très forts en techniques de commmunication chez Artaud). J’ai pu tester pour vous le Bistrot de la Colombière à Angoulême, ou les parties de carte se succèdent à tel point que le lieu est rempli tous les après midi.

La tempérance est une condition sine qua non pour se faire financer par l’ARS dans bon nombre de régions-Pas à Nantes apparamment, ni à Lyon ou au Village Vacance de Solincité dans le Lot et Garonne, les trois seuls lieux pour handicapés psychiques que nous avons trouvé où l’alcool soit autorisée. Si donc la plupart de ces cafés sont sans alcool, au Bistrot Lyonnais du hamac il est possible d’en boire.

Il faut dire que la consommation d’alcool est un sujet qui peut facilement tourner au vinaigre. Elle est strictement interdite par la majorité des GEMs dans leur locaux et l’est très souvent lors des sorties extérieures. Et gare à vous si vous émettez des réserves sur la prohibition absolue, vous serez aussitôt taxé d’irresponsable.

Autre tendance la création de bistrots tenus par des trisomiques21 comme les “Bistrots Joyeux” qui après Rennes et Paris, viennent de débarquer à Lyon. Mais pour autant que nous en avons pu juger il ne s’agit pas de lieux autogérés comme doivent l’être les GEMs.

Présentation du café Curieux par le journal Le parisien en 2012

Les restaurants de GEMs

Si quelques GEMs font à déjeuner presque tous les jours (Margny, Bondy, Bobigny,…) Nous n’avons trouvé pour l’instant que trois restaurant ouvert par des GEMs, celui de Nantes (Tous les jeudis midi), de Grenoble, et dans une moindre mesure (puisqu’il faut y être invité) celui de Montrevel (dans l’Ain). Il fait table d’hôte une fois par mois et accueille souvent le maire de la ville et d’autres élus. Celui de Grenoble existait déjà depuis 5 ans avant de devenir en septembre dernier un GEM Autiste.

Le restau des Atypik de Grenoble

Et vous quel est la situation dans votre GEM ? Dites le nous dans le formulaire ci dessous en n’oubliant pas de préciser quel est votre GEM.

(Visited 8 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/les-bistrots-et-les-restos-gem/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.