Les financements des GEM : encore trop dépendant des ARS

Les GEM vivent encore 15 ans après leur création pour 95% -ca varie de 92 à 97 selon les années- au crochet des ARS qui les financent chaque année à hauteur de 78 000 en moyenne. L’autre grande source de financement ce sont les Conseils départementaux -mais cela sur 3/4 départements uniquement (Dont les Haut de Seine et l’OIse) -qui apportent environ 20 000 Euros à chaque GEM du territoire. Les municipalités sont quant à elles beaucoup plus nombreuses à aider leur GEM, mais sur des plus petites sommes (entre 500 et 3000 Euros) : ce que font 80% des communes. 10% de ces villes prêtent également un local au GEM plus ou moins gratuitement, un local mais aussi parfois des maisons comme à Bobigny entre autre.

On ne pourra qu’être un peu étonné par l’absence de diversifcation des sources de finacmeent des GEM au fur et à mesure qu’ils s’insérent dans le territoire. N’importe quel autre type d’association auraient déjà trouvé un business plan associatif diversifié après 15 ans d’existence tandis que le financeur d’origine , l’amorceur, se serait peu à peu retirer. La au contraire les Autorités Régionales de Santé continue de financer les GEM à même hauteur année après année en suivant le cours de l’inflation de 72 000 Euros en 2007 à 78 000 en 2020. Et c”eux même alors même que les GEM ont de plus en plus de partenaires susceptibles de les financer (CCAS, IFSI, CLSM, PTSM,….)

L’idée des GEM c’est de donner les bases vitales à ces associations pour qu’elles puissent survivre et partir ensuite en quête de leur autonomie. En soit le financement de l’ARS seul ne peut pas suffire très longtemps. L’État leur donne les moyens minimaux, ceux qui leur permettent tout juste de ne pas mourir de faim : une fois financés les salaires et les murs, il reste souvent moins de 1000 Euros par mois à consacrer aux activités extérieures, d’autant plus que depuis 2016 les GEM sont encouragés à avoir deux salariés. C’est à eux de faire preuve d’imagination pour transformer le plomb en or et aller chercher des subventions complémentaires. Les autorités de Santé peuvent aussi espérer que les GEM deviennent de plus en plus indispensables aux collectivités locales et les faire progressivement financer par les départements et les régions.

Sans vouloir faire de la futurologie on peut penser qu’un jour certains GEM pourraient (rien ne leur interdit) se lancer dans des activités économiques à grande échelle. C’est déjà un peu le cas de plusieurs d’entre eux particulièrement imaginatifs comme celui de Palaiseau qui a ouvert une ressourcerie. pourront peut-être un jour trouver les conditions de leur autofinancement.

Certes le GEM est souvent une des associations les mieux subventionnées de la ville, mais ça ne va jamais chercher très loin (nous n’ avons jamais entendu parler de subvention municipale de plus de 5000 Euros). Les GEM font pourtant partie des éléments de communication que se doit d’avoir chaque mairie digne de ce nom dans sa politique sociale. Il existe d’ailleurs sur un site destiné aux collectivités locales un discours tout fait pour l’accueil d’un GEM par monsieur le Maire. Les grosses subventions (souvent entre 10 et 30 000 Euros) viennent plutôt des Conseils départementaux qui financent les GEM des Hauts de Seine et de l’Oise.

Ils existent pourtant ce multiples sources de finacements possible que les GEM n’exploitent pas assez.

Une astuce utilisée par de très nombreux GEM pour financer les séjours vacances à raison de 150 par tête de pipe. Les Aides aux Projets Vacances (APV) sont des aides financières individuelles, versées sous forme de Chèques-Vacances, qui visent à permettre le départ de personnes justifiant d’une situation sociale ou économique fragile.Une astuce utilisée par de très nombreux GEM pour financer les séjours vacances à raison de 150 par tête de pipe. Les Aides aux Projets Vacances (APV) sont des aides financières individuelles, versées sous forme de Chèques-Vacances, qui visent à permettre le départ de personnes justifiant d’une situation sociale ou économique fragile.


A lire par ailleurs:

Idées de financement et subventions des Groupes d’Entraide Mutuelle (Gem)

Quelle est la méthode pour valoriser comptablement le bénévolat ?

(Visited 46 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/les-financements-des-gem-encore-trop-dependant-des-ars/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.