Les GEM, un accueil plus ou moins inconditionnel

Les GEM, le Cahier des Charges le mentionne avec abondance, sont ouverts à toute personne désirant en faire partie. Il est bien mentionné qu’ils s’adressent en priorité aux personnes souffrant d’isolement à cause de leurs troubles psychiques mais pas exclusivement. Chaque GEM fait cependant sa propre interprétation du degré d’ouverture qu’il aura, certains GEM n’acceptant que les personnes revendiquant un trouble psychique. C’est ainsi que plusieurs GEM dont celui de Margny, nous ont refusé à moi et à une amie, la qualité de membre, faute de revendication de troubles psychiques de notre part.

Si le GEM accepte tout le monde, de fait on s’aperçoit que la quasi totalité des Gémeurs vivent en ville de façon autonome et il n’y a guère plus d’un ou deux Gémeurs étant hospitalisé en long séjour. Être Gémeur nécessite donc d’être stabilisé, ne serait-ce que pour arriver à vivre en société.

Pour aller dans un GEM, nul besoin en revanche, contrairement au Club House, d’être suivi par un psychiatre et d’avoir une lettre de recommandation de celui-ci. Plus d’un tiers des adhérents de certains GEM n’ayant d’ailleurs aucun suivi psychiatrique, le GEM étant pour eux parfois le premier pas d’un parcours en santé mentale.

Certains GEM comme celui de Romorantin, demandent cependant un certificat d’aptitude à la vie en société gémique, aux postulants qui leur semblent les plus tangents. De même au GEM de Fontenay-aux-Roses on a vu le cas de personnes exclues du GEM pour an, qui ne pouvaient y re-postuler qu’avec une recommandation de leur psychiatre.

Adoptant une lecture littérale du Cahier des Charges beaucoup de GEM exigent de leur adhérent d’avoir un toit, excluant ainsi les grands exclus. D’autres au contraire, comme ceux de Seine Saint Denis et du Val d’Oise, territoires déshérités s’il en est, font de l’accueil inconditionnel. Il en résulte des GEM beaucoup plus difficiles à gérer, puisque souvent plus soumis à l’aléatoire et à des épisodes tendus, voire violents. Ce qui explique que ces GEM n’ouvrent qu’en présence de 2 animateurs. Le critère de santé psychique n’est d’ailleurs pas le seul critère de sélection. C’est ainsi que beaucoup des GEM très fréquentés (comme le Nouveau Cap à Nantes) n’acceptent les nouveaux venus qu’à raison d’une fois par mois. Et il n’est pas forcément évident pour quelqu’un d’un peu perdu dans sa tête, de se souvenir d’aller au GEM ce jour là. Résultat : il se passe parfois plusieurs mois avant la prise de décision d’aller au GEM et la visite effective.

Et il ne suffit pas de se rendre dans un GEM pour en devenir membre. Une période d’essai de 2 mois, ainsi que fixée dans le Cahier des Charges, est demandée. Certains GEM, comme celui de Beaumont à Clermont-Ferrand, imposent même trois mois.

(Visited 5 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/les-gems-un-accueil-plus-ou-moins-inconditionnel/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.