Mut-GEM Entraide-Mutuelle.org : 1ere rencontre

Compte-rendu de la rencontre des 10 et 11 janvier 2019 entre Stefan Jaffrin, doctorant dont la thèse porte sur les GEM, et Jacques Fraschini, adhérent Gem, initiateur-concepteur-animateur du projet mut-gem et du site associé mut-gem.com.  

rédigé par Jacques Fraschini

  1. Une pause pour poser les choses
  1. Le projet mut-gem tout entier relève d’une démarche individuelle, personnelle même, qui ne prétend en aucun cas à une quelconque représentativité et qui ne se fonde pas sur la recherche d’un consensus. Il met à disposition de tout un chacun le fruit du travail intellectuel né du vécu d’un adhérent GEM et se veut une complémentarité aux déjà bien nombreux symposiums, consultations et rencontres organisés dans le champ de la Santé Mentale.
  2. L’avenir du projet mut-gem ne dépend ni d’Espoir54 ni de Gem Parasol. Dès le départ, le cadre a été défini en accord avec la présidente d’alors, Mme Barroche : c’est mon projet, je le mène à ma façon, je ne demande jamais de « feu vert ». La seule contrainte qu’il me tiendra de respecter, c’est de tenir Espoir54 régulièrement informée. En retour, Espoir54 m’a beaucoup aidé et continue à soutenir le projet : prise en charge de l’abonnement annuel de 120 € et de divers frais de déplacement et d’hébergement, un numéro de tel et un endroit pour la permanence du vendredi après-midi, une adresse mail professionnelle, l’accès à la photocopieuse, etc. Merci à eux.
  3. Le projet mut-gem revendique une philosophie de ce que devrait être le fondement de toute « politique institutionnelle » : Percevoir la réalité du fonctionnement de toute institution, c’est non seulement prendre en compte le Vouloir (initié par la volonté politique) mais aussi le Faire (déterminé par les enjeux, contraintes, limites de la réalité du terrain et enrichi par les compétences des différents acteurs) Et ceci exige la synthèse d’une double source d’informations :

➡ Une première source qui vient « d’en haut » : les décideurs, les politiques, les chercheurs ;

➡ Une deuxième source qui vient « d’en bas » : seuls les acteurs du quotidien peuvent l’initier à la condition de se doter d’un outil de mise au jour, de mutualisation, de promotion des pratiques sur le terrain. 

Dans la cas contraire, toute institution court le risque d’être vue, analysée comme par ces cyclopes dont la vision ne conduit qu’à une perception incomplète de la réalité. Car ce sont bien deux regards agissant de concert qui seuls permettent de percevoir au mieux les distances et les reliefs. J’ai déjà, dans une autre vie, défendu cette conviction au sein de l’Éducation nationale (voir Un Facteur À L’Éducation Nationale)

  1. La « source d’en bas » ne sera efficiente que si elle gagne en empowerment pour pouvoir contribuer à parts les plus égales possibles avec la « source d’en haut ». Cet empowerment peut se conquérir par une participation la plus active possible à tout forum, rencontre, manifestation. Mais il peut aussi naître de la rupture d’avec le politique, l’institutionnel et l’associatif : c’est la voie définitivement choisie par mut-gem.
  2. Une rupture, mais en aucun cas rejet ni exclusion. La rupture est un choix personnel, et l’expression de ce choix relève bien plus de la clarification de mes motivations que de la volonté à rassembler autour de cette conviction : un de mes critères de réussite sera d’avoir réussi à collaborer avec d’autres qui ne sont pas en accord avec cette rupture, et cela sans jamais avoir tenté de les convaincre.     
  3. Une rupture donc, mais de nature symbolique en ce qu’elle cherche à émanciper des emprises, des rapports de domination. Car bien que sincèrement empruntes de respect et de bienveillance, les pratiques installées n’en demeurent pas moins un « soft power » masquant les rapports de force qui resteront très inégalitaires, au détriment des acteurs sur le terrain.  
  4. Cette rupture symbolique doit être nette et forte pour prendre sens. Ainsi, je me refuse dès maintenant : 
  • à m’exprimer quand on m’offre la possibilité de le faire. Je choisis de m’exprimer quand je le décide et sur les thèmes que j’ai choisis ;
  • à apporter mon témoignage pour mon témoignage. Je choisis de ne pas me laisser enfermer dans le cadre de l’émotion, et souhaite mettre en avant mes réflexions, mon témoignage n’étant là que pour illustrer ou expliquer mon propos ;
  • à me mettre en partage et à mutualiser par des moyens de communication verticale mis à ma disposition. Je choisis de me consacrer entièrement à l’élaboration et à l’animation d’un projet horizontal, global et permanent, construit pour et par les Gem. 
  1. Quel avenir après cette rencontre ?
  1. Je consacre l’année 2019 prioritairement à la mise à jour de notre annuaire des Gem de France. Je profite des contacts téléphoniques pour proposer à chaque Gem de réaliser une page A4 illustrant leur Gem et qui sera ensuite incluse dans le répertoire. Je les inciterai par ailleurs à mettre en valeur puis en partage une action, un projet, un fonctionnement qui leur a semblé digne d’intérêt.    
  2. L’inauguration officielle de mut-gem.com se fera début septembre 2019.   
  3. Il est à prévoir de changer de base de stockage des documents (googledocs) par une autre plus conviviale.
  1. Mut-gem ne s’inscrit pas dans une logique de compétition : depuis peu, d’autres blogs de mutualisation reprennent vie. On pourrait aussi imaginer qu’une structure se propose de construire de zéro un autre blog de mutualisation … Même si elle reprenait des idées (mais pas mes documents bien sûr…) apportées par mut-gem, je ne le considérerais jamais comme du plagiat mais comme ma contribution apportée à la mise en valeur, systématique, par d’autres que moi, des pratiques sur le terrain.   
  2. Pour exemples, je propose :
  •  deux labels Gem-ressource et Gem-référent qui ne seraient en aucun des labels de « qualité » mais qui reflèteraient le degré plus moins fort d’engagement, mesuré à l’aune de critères objectifs et définis ;
  •  des démarches d’approfondissement des activités  ( voir en exemple Une activité ponctuelle … peut s’offrir en partage … et devenir un projet de mutualisation vers d’autres Gem). Aux gemmeurs de décider si l’activité les intéresse, s’ils souhaitent l’élargir, s’ils souhaitent explorer une autre voie que celle qui est présentée ; 
  •  des démarches participatives efficientes. Ce n’est jamais la page blanche qui offre le plus de possibilités à ceux qui n’ont ni l’habitude, ni l’attitude, ni les outils culturels et éducatifs d’utiliser cette liberté proposée. Construire un réel pouvoir de décision, ce n’est pas laisser les gens décider « librement ». C’est avant tout leur fournir des éléments de découverte, de compréhension et d’ouverture qui vont réellement leur permettre de se situer, d’imaginer jusqu’où ils souhaitent aller, d’inventer d’autres chemins ;  
  •  de considérer que la phase de brainstorming si elle veut permettre à chaque acteur d’apporter sa part à la naissance d’une action originale, réclame de véritables compétences professionnelles de la part de l’animateur qui devrait donc s’y former.
  1. Quelle(s) synergie(s) imaginer ?
  •  Développer sur une période de deux années une synergie entre trois engagements au service des Gem : Stéfan pour sa thèse, Jean-Jacques pour son tour de France des Gem et Jacques pour le projet mut-gem.

Jacques Fraschini  adhérent Gem Parasol 54

Concepteur-Animateur du blog www.mut-gem.com 

Permanence téléphonique :  03 83 55 67 48 les vendredis de 14 à 17h

Courriel : jacques.fraschini@espoir54.org 

Courrier : Jacques Fraschini GEM Parasol 28bis Rue Courtot de Cissey  54000 Nancy 

(Visited 11 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/mut-gem-entraide-mutuelle-org-1ere-rencontre/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.