Saluons la formidable implication de quelques GEMs

Extrait du CR du Comité de suivi des GEMs du 1er avril
“Le GEM est un outil associatif d’insertion dans la cité, ….. Dès lors, il est tout à fait envisageable d’effectuer ces missions à distance, par voie téléphonique, par exemple, en permettant par conséquent aux salariés de télé-travailler. »

Comme vous le savez sans doute, les GEMs décidèrent pour la plupart de fermer leurs portes dès l’annonce de la fermeture des écoles et universités le 12 mars dernier, beaucoup des ARS leur emboîtant le pas et prônant la fermeture des GEMs de leur région en leur conseillant de maintenir un lien téléphonique. Ce n’est que beaucoup plus tard qu’on s’aperçue qu’on avait laissé plein de gens dans la panade et qu’il ne suffisait pas de téléphoner à quelqu’un une fois par semaine pour qu’il se sente bien.

Certains animateurs de GEM ont su faire preuve pendant la crise du Covid d’une formidable implication, se consacrant à leur GEM presque 7 jours sur 7 et en tout cas bien plus qu’en temps normal, c’est à dire bien au delà des 20 heures par semaine pour lesquelles ils sont souvent employés.

Il est clair que l’épisode Covid a du renforcer les liens des GEMs avec les partenaires sociaux et médicaux en les rendant plus impératifs. Ces liens s’étaient déliés au fi du temps, pour tout le bénéfice des Gémeurs, moins sous l’emprise du médico-social. Là par la force des choses tout le monde a du travailler main das la main. On a donc vu des animateurs de GEM accompagner des Gémeurs au CMP, d’autres vérifier que chacun avait bien pris ses médicaments.
Il n’y a eu aucune information en ravanche sur ce qu’on fait l’Unafam, le Cnigem ou la Fnapsy pour leurs GEMs, on sait qu’ils se sont réunis le 1er avril et qu’ils ont promis qu’ils répondaient au téléphone; c’est tout

Ce qui n’a pas été sans heurts puisque certains ont voulu obliger les GEMs a jouer un rôle actif dans le dispositif d’urgence, alors que d’autres se sont bien empressés de rappeler que les GEMs sont des association loi 1901 qui décident d’elle-mêmes ce qu’elles veulent faire (position qu’a rappelé le Cnigem dans ses articles successifs).

On a beaucoup parlé du sacrifice des soignants pour de faibles salaires. Les animateurs de GEMs se sont certes moins sacrifiés dans leur chair, mais n’oublions pas qu’ils sont deux fois moins payés qu’une infirmière et, au regard de ces maigres émoluments, leur force combative a été excellente. On notera d’ailleurs que ce sont les animateurs et non pas les présidents de GEMs qui se sont manifestés, à l’exception notable du GEM d’Aurillac dont la présidente tient une lettre quotidienne publiée sur la page Facebook du GEM.

Une réaction graduée suivant les GEMs

Mais c’est sûrement loin d’être une majorité. Il faut dire que nous n’avons qu’une vision très partielle de l’activité des GEMs à l’échelle du territoire : sur les 600 GEMs qui existent en France, nous n’avons des nouvelles que d’une centaine d’entre eux (50 par Mut-GEM 50 par Entraide Mutuelle), ce qui correspond plus ou moins au nombre de GEMs ayant une page Facebook et ayant donc une (relative) tradition de communication. Et même parmi ceux là, beaucoup se sont contentés du minimum syndical, c’est à dire d’appeler leurs adhérents chaque semaine pour vérifier que tout allait bien. Dans de nombreux GEMs, l’un des animateurs fut mis au chômage partiel puisque ne pouvant plus ouvrir le GEM.

Un rapide tour sur leurs pages Facebook respectives nous a d’ailleurs montré qu’elles n’étaient plus mises à jour depuis l’annonce du confinement. Les GEMs n’ont d’ailleurs jamais eu une grande activité sur Internet et la plupart des blogs qui ont été lancés n’ont plus été mis à jour depuis des années. La crise du Covid a amené un certain nombre de GEM a ré-activer leur page Facebook et une vingtaine d’autres à se créer une page Facebook qu’ils n’avaient pas encore. Mais elle n’a pas fondamentalement changé les choses pour la majorité des GEMs.

Par rapport à cela, la crise du Covid n’a provoqué un sursaut Internet de grande ampleur que dans une vingtaine de GEMs qui se sont réellement emparés de l’outil pour s’organiser en GEM virtuel. Dans cette perspective, ce sont sans doute les GEMs de la Pause à Roubaix et celui du Kiosque à Libourne qui sont allés le plus loin en organisant chaque jour plusieurs heures de retransmission vidéo en direct. D’autres GEMs, en plus de leur page Facebook publique, ont créé des pages privées pour pouvoir correspondre à l’abri des regards extérieurs. D’autres (trois ou quatre) ont essayé, à l’instar de Sentinelle Égalité de Marseille, de lancer des discutions communes avec leurs quelques dizaines d’amis GEMs. De son côté, les GEM de Carcassonne ainsi que celui de Coutance ont publié un numéro spécial confinement de son journal trimestriel, ce que s’apprête à faire le GEM Kéréon de Brest, mais uniquement à destination de ces ahérents. De son coté le GEM Parenthèse qui éditait un article mensuel se mit à en publier un tous les jours. Le GEM de Hagueneau de son côté utilisa son blog WordPress comme outil de communication interne, tout en diffusant une longue lettre d’information tous les 10 jours.

On assista aussi très rapidement à l’apparition de groupes de parole à destination du public des GEMs, s’intitulant parfois GEM virtuel, comme le Chat sur Télégram organisé par Comme des Fous, la page Facebook initié par Igor Thiriez RestonsConfinésensemble (plus de 600 abonnés avec une animatrice de choc et quelques dizaines d’interventions par jour.

Radio Colifata, la célébre radio de santé mentale argentine implantée à Paris, en profita elle de son côté pour ouvrir l’antenne 2 heures par jour à son CATTP radiophonique. Le Réseau des Entendeurs de Voix (REV) lui organisa dès la fin du mois de mars des visio tous les soirs à 18 heures en utilisant la technologie Zoom.

Une fracture numérique comme jamais

Il ne faut pas oublier que souvent guère plus d’un tiers des gémeurs ont un accès Internet sur ordinateur, un certain nombre ne l’utilisant jamais et les autres ne surfant que dans des lieux gratuits (ça coûte 200 euros par an pour une connexion ADSL rappelons le, pour des budgets annuels de bien moins de 10 000 euros, souvent mal gérés). sans compter tous ceux qui n’ont même pas un téléphone à leur portée, que celui-ci soit cassé, en panne ou sans forfait. Certains GEMs nous ont par ailleurs signalé qu’une forte proportion de leurs adhérents ne savaient ni lire ni écrire. Si, dans la population générale, cela représente un nombre infime de personnes, chez les gémeurs c’est un pourcentage beaucoup plus élevé, l’effet “confusion mentale” se surajoutant à l’effet “pauvreté”.

Faire de l’animation à distance ou passer des coups de fil ne fut donc bien souvent qu’un pis allé qui toucha la moitié des gémeurs. D’autres modes d’intervention directe durent très rapidement être mises en place. C’est ainsi que dans plusieurs GEMs les adhérents, sous la houlette de l’animateur, s’organisèrent entre eux pour faire des courses collectives au supermarché, aller frapper à la porte des gémeurs qui refusaient de répondre au téléphone, aller à la pêche aux infos sur les lieux de distribution de nourriture.

Les GEMs furent donc dans de nombreux cas obligés d’aller plus loin que la consigne officielle qui était de se contenter de maintenir le lien à distance. De même alors que la consigne avait été de tous les fermer certains CMP se mirent à ré-ouvrir au but de 10 jours de fermeture.

Pour aller plus loin :
Le Journal du Fogatel GEM de Carcassonne

Le Courant d’R journal du Gem de Coutance
Le Réacteur Journal des GEM d’Advocacy Normandie

(Visited 5 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/saluons-la-formidable-implication-de-quelques-gems/

1 Commentaire

    • Loaec Christelle sur 15/04/2020 à 10:51

    Animatrice
    “De son côté, les GEM de Carcassonne ainsi que celui de Coutance ont publié un numéro spécial confinement de son journal trimestriel, ce que s’apprête à faire le GEM Kéréon de Brest”. En réponse à cette phrase.
    Petit journal des confinés
    Par décision commune notre petit journal des confinés ne fera pas l’objet d’une publication publique, l’objectif de ce projet est de permettre aux adhérents de s’exprimer librement et intimement face à ce que leur inspire le confinement à travers plusieurs modes d’expressions( peintures, photos, vidéos…)Les adhérents ont décidé de publier les témoignages de chacun lorsqu’ils se retrouveront, ce journal sera un support pour partager, échanger entre nous, autour d’un repas convivial.
    Bien Cordialement
    GEM Kéréon
    11 rue de kermaria
    29200 Brest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.