Les trajectoires hospitalières longues au prisme des mutations de l’offre en psychiatrie : le cas de l’offre hospitalière privée.

 Julien Bourdais sous la direction de Florence Weber thèse soutenue en décembre 2019

https://www.theses.fr/s220704

Résumé (théses.fr)

La mise en place progressive de la Sécurité Sociale entre la fin des années 1940 et le début des années 1960 en France a coïncidé avec la reconnaissance par les pouvoirs publics d’une offre hospitalière privée. A partir des années 1980, l’intégration de ce segment de l’offre aux politiques de santé s’est articulée, dans le cas de la psychiatrie, avec un mouvement important de réduction des capacités d’hospitalisation des hôpitaux publics et un redéploiement des dispositifs de prise en charge psychiatrique vers des lieux moins ségrégatifs que les unités d’hospitalisation. Ce mouvement n’a pas existé dans le secteur privé qui représente aujourd’hui 20% des capacités d’hospitalisation en psychiatrie. La thèse vise à comprendre dans quelle mesure ces mutations de l’offre sanitaire sont structurantes dans les trajectoires de vie de personnes qui ont connu une hospitalisation dans un établissement privé. Est-ce que ces mutations différenciées de l’offre publique et privée affectent les trajectoires individuelles de ceux qui s’y déplacent ? L’enquête s’est d’abord construite sur la monographie (10 mois) d’une clinique de psychiatrie qui a permis d’étudier en détails les multiples temporalités des trajectoires hospitalières. En enquêtant à l’intérieur d’un établissement par observation et entretien (n=45) aussi bien du côté des professionnels que des patients, le matériau constitué permet de distinguer trois niveaux d’analyse : la place d’une hospitalisation en clinique dans une histoire de vie où l’hôpital psychiatrique occupe une place importante ; l’installation dans un rythme institutionnel (celui de l’établissement) et la lecture de trajectoires morales par les professionnels dans les comportements de leurs patients (Robert Barrett, 1997). Dans un deuxième temps, l’enquête s’est penchée sur les réseaux professionnels que dessinent les circulations des patients entre différents établissements. Plusieurs psychiatres ont ainsi pu être interrogés en entretiens sur leurs pratiques d’orientation (n=20). Cette articulation entre un travail monographique et l’exploration d’un milieu professionnel entend contribuer à mieux comprendre les formes de socialisation qui peuvent naitre de la rencontre avec des institutions hospitalières offrant une longue période d’hébergement. Une étude des dossiers individuels des patients (n=450) de l’établissement enquêté a permis d’armer l’analyse ethnographique d’une perspective statistique pour décrire l’évolution de ces temps d’hospitalisation qui sont aussi des temps de socialisation (entre 1960 et aujourd’hui) et de les rapporter à des déterminants sociaux tels que le sexe, le dernier emploi occupé, le lieu de domicile, l’âge, le diagnostic…. A l’instar de l’institution scolaire, l’institution psychiatrique a connu au cours du second vingtième siècle des mutations majeures et une massification importante en France. L’idée de la thèse est d’éclairer le sens de cette massification à trois niveaux : la place de l’hospitalisation dans un système très largement extra hospitalier, la place du secteur privé dans des circuits professionnels centrés sur l’hôpital public et enfin, la construction de trajectoires en marge du secteur public.

(Visited 9 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/thesebourdaix/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.