Un groupe d’animateurs de GEM demande un doublement des financements des GEMs

A lire aussi:
Les GEM et les questions de sous

C’est bien connu les GEM ont été mis en place parce que ça coûtait moins cher que de maintenir les malades mentaux dans des Hôpitaux psychiatriques. Et ce n’est pas quelques milliers d’Euros supplémentaires qui vont changer la donne. Quoi que… Rassurez-vous, je plaisante un peu et ne fait que reproduire ce que j’entends régulièrement dans les réunions du T.R.U.C.(Tentative de Rassemblement pour l’Utilité des Clubs, association qui regroupe une centaine de clubs thérapetuiques), qui n’a cela dit pas entièrement tort.Allez soyons fous, faisons passer la subvention annuelle des GEM de 77 à 140 000 Euros (et la subvention annuelle pour les 500 GEM de France de 40 à 80 millions soit l’équivalent de l’ensemble de la rallonge budgétaire allouée à la psychiatrie en début d’année).

A peine de quoi s’offrir une tournée au bistrot par mois

C’est que les GEM ne croulent pas sous l’argent. Une fois payés leurs deux animateurs, leurs locaux et les divers frais fixes pour les GEM parisiens notamment, il ne reste souvent que 500 Euros pour organiser des activités extérieures : à peine de quoi payer une tournée de Ricard à l’ensemble des adhérents une fois par mois. Ce qui explique donc, que dans certains GEM on puisse éventuellement s’ennuyer ferme et qu’à part les parties de belote, il n’y ait pas grand-chose à faire. Si les 78 000 Euros sont suffisants en province, en Île-de-France, le doublement se justifierait amplement. Dans le 93 et le 95 cela ne permet pas aux GEM d’ouvrir plus qu’à mi-temps.

Et si l’on en croit le bilan annuel de l’activité des GEM diffusé par le CNSA la situation n’est pas prêt de changer puisque les financeurs autres que les ARS restent toujours de moins de 5 000 Euros en moyenne, un chiffre qui n’évolue guère d’année en année. On aurait pourtant pu croire qu’au fur et à mesure de leur enracinement local, les GEM auraient reçu plus de finances des collectivités territoriales ou auraient trouvé des moyens de faire de l’argent. Mais apparemment ce n’est pas si facile et le rêve de quelques gestionnaires du ministère que les GEM se débrouillent seuls semble s’éloigner d’année en année.

Cela dit, donner juste assez d’argent aux GEM pour leur permettre de fonctionner à minima est aussi une très bonne stratégie, ne serait-ce qu’en termes de sélection naturelle : seuls les GEM les plus débrouillards survivront. De plus c’est une façon d’inciter le GEM à aller chercher ailleurs d’autres subventions et à se débrouiller par lui-même, ce qui est important surtout quand on s’adresse à un public habitué à être dépendant et plus ou moins entièrement pris en charge. Parce que de l’argent, si vous en voulez vraiment, il est possible d’en trouver, ne serait-ce qu’auprès du Conseil Départemental. C’est ainsi que 10% des Conseils Départementaux versent de 20 000 à 30 000 Euros en complément de la subvention ARS. Et puis, si malgré tout, vous êtes encore mort de faim, rien ne vous empêche d’aller faire la tournée des supermarchés du coin, pour en trouver un, qui vous laissera ses invendus. C’est ce que font entre-autre le GEM de Fontenay-aux-Roses ou de Margny-Les-Compiègne, ce dernier grappillant pour 30 000 Euros de repas gratuits chaque année.

L’article en ligne sur le site Comme des fous

(Visited 7 times, 1 visits today)

Lien Permanent pour cet article : https://www.entraide-mutuelle.org/un-groupe-d-animateurs/

1 Commentaire

    • Sylonlys sur 01/05/2020 à 18:44

    Un groupe d’animateurs de GEM demande un doublement des financements des GEMs
    Bonjour,
    pour votre information, même en “province” les GEM tirent la langue. Le mien (Périgueux) est déficitaire de plus de 17000€ depuis l’année dernière, faute notamment au changement de statut des deux animateurs en 2018, qui du coup “coutent” plus cher à la structure, gérée financièrement par l’association Croix marine de Dordogne – comme les 6 ou 7 autres GEM du département ! Et quand je dis “financièrement”, c’est pour rester poli et ne pas polémiquer… La soi-disant indépendance et gestion des GEM par leurs adhérents qui prévalent dans les textes est fort éloignée de la réalité du terrain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.